Mise en contexte : l'ouragan Katrina frappe le sud des √Čtats-Unis...

...et on dénombre des centaines de morts.

 


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Paul Morse / Wikimédia Commons

 

Les grandes villes soumises à des risques naturels sont, en principe, dotées de plans d'intervention destinés à limiter les dégâts et les pertes de vies humaines en cas de catastrophes. C'est notamment le cas de Quito et de San Francisco.

Le Mississipi et la Louisiane sont des états côtiers du Golfe du Mexique, un secteur où les ouragans sont fréquents. La ville de La Nouvelle-Orléans a par ailleurs été construite dans une zone marécageuse, quelques mètres sous le niveau de la mer. En plus du fleuve Mississipi, plusieurs lacs et canaux drainent la ville, contenus par des digues aménagées au fil de l'histoire. Lorsqu'il pleut, l'eau ne s'écoule pas naturellement hors de la ville : il faut la pomper vers la mer.

 


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : Paul Morse / Wikimédia Commons

 

Pourtant, au moment où l'ouragan Katrina se dirigeait vers la Louisiane à la fin du mois d'août 2005, la ville de La Nouvelle-Orléans n'était pas dotée d'un plan d'évacuation en cas d'urgence. De plus, l'entretien de plusieurs barrages et digues avait été négligé depuis un certain nombre d'années déjà.

On n'a pas fini de débattre des différents facteurs qui expliquent cette négligence. Il est clair cependant que ce sont les segments les plus pauvres de la population qui en ont été les plus grandes victimes.

Avant le passage de Katrina, 1,4 millions de personnes habitaient La Nouvelle Orléans. La Louisiane est l'un des états les plus pauvres des États-Unis.

 


Matériel graphique faisant parti du domaine publicSource : U.S. Coast Guard, Petty Officer 2nd Class Kyle Niemi /
Wikimédia Commons

 

Quelques liens, pour plus d'informations et des images éloquentes