accueil | contactez-nous! | recherche

TBI : le choix technologique revient à l'enseignant!

Ce matin, le journal La Presse titrait « Le gouvernement Marois remet en cause l'achat massif de tableaux blancs interactifs destinés à toutes les classes des écoles publiques du Québec. »   Le tableau blanc interactif est «un outil technologique parmi d'autres» selon la ministre de l’Éducation Marie Malavoy et ne devrait pas être imposé à tous.   Elle précise, «On est pour les nouvelles technologies. Mais ça nous prend de la souplesse. Qu'on laisse choisir les milieux»   Il s’agit d’une position qui a toujours été celle du service national du RÉCIT de l’univers social.  Quelles sont les alternatives?  Voici quelques propositions du RÉCITUS

Nous travaillons actuellement sur deux dossiers impliquant les appareils mobiles : la mobilité en univers social et la mobilité en classe FPT.  L’achat de portables pourrait certainement faire partie de vos choix technos pédagogiques pour votre classe. Mentionnons que les SAÉ au primaire et secondaire, dossiers TIC et applications comme www.lignedutemps.qc.ca,  les sites comme primaire.recitus.qc.ca, le concours www.cliquezpourmoi.qc.ca et la sortie très prochaine de l’application cartograf, sont toutes des ressources qui impliquent une utilisation des technologies par l’élève et qui demandent donc plusieurs appareils.    Enfin, pour les enseignants qui feront le choix d’acheter un TBI, nous avons un dossier complet et une chaîne Youtube sur le sujet. Retenons de tout ça que le choix technologique revient à l’enseignant.  N’hésitez pas à faire appel au RÉCITUS afin de vous accompagner et vous outiller dans votre démarche.

Commentaires

Mise à jour 22 novembre

Je vous invite à lire l'article de Dominic Gagné de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs qui présente le point de vue d'un service local du RÉCIT ainsi qu'un article de François Cardinal sur la question.

Enfin, une chose est certaine, l'argent doit servir à l'achat de technologies, les écoles du Québec en ont grandement besoin. Dans le contexte budgétaire actuel, il y a quelques inquiétudes à ce sujet.