Les principaux problèmes de l'eau liés à l'urbanisation croissante

Texte du site officiel de l'Année internationale de l'eau douce 2003 (ONU).

Les principaux problèmes de l'eau liés à l'urbanisation croissante

La demande croissante en services d'approvisionnement en eau et d'assainissement est l'une des conséquences de cet exode massif en direction des villes. Le fossé ne cesse de se creuser entre l'offre et la demande en services de ce type.

Surexploitation

Pour faire face à la progression de la demande, les autorités ont été conduites à surexploiter les ressources de valeur. Cette surexploitation est à l'origine de problèmes considérables, par exemple à Mexico. Abritant plus de 22 millions de personnes, cette mégalopole dépend, pour 80% de son approvisionnement, des eaux souterraines de l'aquifère de la vallée de Mexico. Le tarissement de l'aquifère a entraîné un mouvement des sols et la ville a commencé à s'enfoncer

Pollution

Dans un grand nombre de villes de pays en développement, l'absence d'installations d'épuration et d'écoulement des eaux usées, due à l'inexistence d'une infrastructure d'assainissement ou à l'insuffisance des travaux de maintenance, conduit à la pollution des ressources en eaux souterraines et de surface. Le problème est particulièrement grave dans les régions côtières, où se situent les plus grandes villes du monde. En Amérique latine et dans les Caraïbes, où plus de 60% de la population vit dans des zones côtières, la pollution des cours d'eau et des mers figure en tête de liste des atteintes à l'environnement affectant les villes côtières. La ville de Lima, au Pérou, par exemple, déverse 18 000 litres d'eaux usées par seconde dans l'Océan Pacifique.

Santé

Lorsqu'une zone urbaine ne bénéficie pas d'un service d'assainissement approprié, le service d'approvisionnement en eau salubre est inévitablement insuffisant. Lorsque les précipitations sont importantes, les eaux de ruissellement entraînent les matières de vidange qui se sont accumulées dans les quartiers d'habitats précaires non équipés en installations d'évacuation minimums, et les déversent dans des trous de forage ouverts ou dans d'autres sources d'alimentation utilisés par les populations démunies pour s'approvisionner en eau potable. Ceci entraîne des épidémies de choléra, comme celle qui frappa l'Afrique de l'Est en 1997-98, et qui tua des milliers de personnes au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda.

Sénégal

Source : BIPS

Les affections transmises par la voie fécale-orale, notamment les maladies diarrhéiques, constituent l'un des risques les plus importants auxquels sont exposées les populations privées de services d'approvisionnement en eau et d'assainissement appropriés. Dans de nombreuses villes de régions en développement, une proportion importante de la population se livre à la défécation en plein air ou dans des sachets ou autres emballages jetés ultérieurement. Les enfants sont les premiers et les plus durement touchés: les taux de mortalité infantile dans les villes bénéficiant de services d'approvisionnement en eau et d'assainissement appropriés se situent généralement autour de 10 pour 1000. Dans les villes qui ne disposent pas de services d'approvisionnement appropriés, les taux de mortalité infantile sont 10 à 20 fois supérieurs. Les maladies diarrhéiques constituent toujours la principale cause de mortalité infantile parmi les populations urbaines de la planète.