L'éruption du Pinatubo

« Et soudain, ce fut comme si l'enfer se déchaînait. À peine débarqués, nous partons pour le Pinatubo. Par la radio de voiture, nous apprenons que les Américains ont eu le temps d'évacuer 14 500 des 16 000 personnes de leur base aérienne. Les coulées de boue, les fameux lahars formés d'eau et de cendre, dévalent à plus de 100 km/h les pentes du volcan, balayant tout sur leur passage ! Nous progressons avec les plus grandes difficultés vers les pentes du volcan, dans une obscurité qui grandit bien qu'il soit 11h30 du matin. Mercinier filme sur la route des paysans, des carrioles, des voitures surchargées de meubles, fuyant la colère du Pinatubo, des scènes irréelles comme ces voitures en stationnement, abandonnées par leurs propriétaires et recouvertes par plus de deux mètres de cendre grise - ces images feront le tour du monde et l'ouverture de toutes les éditions du journal télévisé de 20 heures en Europe. Le ciel tremble, le sol tremble sous les explosions du volcan. La cendre tombe en pluie. Nous mettons cinq heures pour parcourir les soixantes-dix kilomètres qui mènent à la ville de Olongapo où l'ampleur du désastre apparaît de façon dramatique. Des maisons se sont effondrées sous le poids de la cendre, les rivières sont en crue, les ponts de béton ont été balayés par la force des lahars. Et le volcan continue de cracher la mort! On ignore le nombre des victimes mais on sait qu'il sera élevé. (Quelques jours plus tard, l'institut de volcanologie annoncera 963 morts pour la seule journée du 16 juin 1991.)

De très violentes explosions se succèdent encore, lançant à plus de quarante mille mètres d'altitude des centres qui retombent à des centaines, voire des milliers de kilomètres du Pinatubo - ces cendres seront visibles au Nord-Viêt-nam, à Singapour. Des débris recouvrent toutes les rizières et toutes les cultures à plus de mille kilomètres alentour. Le sommet du Pinatubo lui-même sera détruit par ces explosions à répétition, le volcan perdra ainsi 165 mètres de hauteur !

La terre ne cesse de trembler, certaines secousses sont ressenties jusqu'à Manille. Gilbert Mercinier et le preneur de son Max Iffergane filment des buffles de rizières, enlisés jusqu'aux cornes, des cultures entières recouvertes de cendre. Des cars se suivent, surchargés de familles, de baluchons et de meubles, fuyant vers la capitale. L'air est rempli d'oxyde de soufre et sent l'œuf pourri. Dans l'obscurité totale à 11 h30 du matin, nous roulons pleins phares : c'est la première équipe de télévision occidentale à vivre cette éruption, l'aéroport de Manille ayant été fermé depuis quarante-huit heures; une couche de dix centimètres de poudre blanche recouvre les pistes principales et tous les gros porteurs sont interdits au décollage comme à l'atterrissage. »

Extrait de Brincourt, Lambert, Grandir à Manille, Les 75 000 enfants du père Tritz, Bayard, Centurion, pages 17 à 19.