Aller au contenu principal

L'analyse de documents iconographiques

Triez par catégorie

Introduction

Les sources figurées — tableaux, fresques, photographies, sculptures, caricatures, etc. — font office de documents pour l’historien, au même titre que les sources textuelles. Elles fournissent des informations essentielles sur une époque et donnent un aperçu unique de la vie quotidienne et des goûts artistiques du moment. Ces sources s’inscrivent au Programme de formation l’école québécoise, les élèves doivent être initiés à leur interprétation.

L’exploitation d’iconographies dans le cours d’histoire peut se faire de plusieurs façons.

  • Elles peuvent être utilisées en amorce, pour comparer des sociétés à différentes époques, pour retracer des événements historiques, etc.
  • Les élèves peuvent analyser une iconographie précise pour mieux comprendre une réalité historique.
  • Ou encore, les élèves peuvent s’appuyer sur des sources, dont font partie les iconographies, afin d’analyser une réalité sociale et de répondre à une question d’interprétation.

Cependant, l’enseignant doit amener les élèves à comprendre qu’il est en présence d’un objet d’art subjectif, et que le document n’est pas un reflet exact de la réalité. Leur analyse nécessite donc une démarche structurée qui doit être mise en pratique maintes fois pour être maîtrisée.

Démarche d’analyse de document iconographique

Nous vous proposons une démarche d’interprétation de documents iconographiques qui intègre les technologies. Pour ce faire, nous suggérons quelques exemples pouvant être appliqués à tous les cycles du primaire et du secondaire. Idéalement, l’analyse devrait s’amorcer par une question de départ choisie en fonction du thème exploité par l’image. Cette question guidera les élèves dans leur travail d’analyse. L’interprétation de sources iconographiques leur permettra de s’approprier l’histoire autrement que par le texte.

Notre démarche se décline en deux étapes. D’abord, contextualiser le document en se basant sur la lecture de la source. Ensuite, comprendre le document en analysant le contenu de l’image. Enfin, nous vous suggérons un autre niveau d’analyse, pour pousser plus loin l’interprétation de l’iconographie dans son contexte historique.

1re étape : contextualiser le document (critique externe)

La lecture de la source du document permet un premier niveau de contextualisation de l’image. Prenons l’exemple d’une image médiévale, dont voici la source : Gilles de Rome, Le Régime des Princes (1279), Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 126, fol. 7. Quelles sont les informations que nous pouvons en tirer?

  • Qui?

La source nous permet de savoir qui est le créateur du document iconographique. Ici, ce n’est pas le cas, car l’auteur de l’enluminure est un artiste inconnu. La source indique seulement l’auteur du manuscrit qu’elle illustre, c’est-à-dire Gilles de Rome.

  • Quoi?

Le titre du document, Le Régime des Princes nous informe succinctement sur le sujet de l’image. On peut comprendre ici qu’il s’agit d’un manuscrit destiné aux princes.

  • Quand?

La date de création du document nous permet de le situer dans le temps. Selon la source, l’enluminure illustrant le Régime des Princes a été produite vers 1450, c’est-à-dire à l’époque médiévale.

  • Où?

La source nous renseigne sur le lieu de conservation du document qui peut correspondre au lieu de création. Dans ce cas-ci, la source indique qu’il a été créé en France.

Cette contextualisation historique de l’iconographie permet d’inscrire le document dans son époque. Elle orientera ensuite les élèves dans la critique interne de l’image.

2e étape : comprendre le document (critique interne)

Au cours de cette étape, l’enseignant cherche à savoir si les élèves comprennent la scène représentée sur l’image. De la même manière que pour les sources textuelles, les élèves doivent se poser les questions « Qui? » « Quand? » « Où? » « Quoi? » afin de trouver les indices qui lui permettront de bien comprendre la scène que lui montre l’iconographie, et ainsi pouvoir répondre de façon satisfaisante à la question de départ. Ces questions restent les mêmes qu’à l’étape précédente, mais elles visent cette fois le contenu interne de l’image et non son contexte.

  • Qui?

Qui sont les acteurs sur cette image? Il arrive qu’il soit impossible de déterminer le nom des personnages. Dans ce cas, est-il néanmoins possible de déterminer leur rôle ou leur groupe social?

  • Quand?

À quelle époque se déroule la scène ? Quels sont les indices qui nous permettent de nous faire une idée la plus précise possible? Est-il possible d’établir la date, sinon la période historique?

  • Où?

Où la scène se déroule-t-elle ? Tout comme l’identification des acteurs et de la période, les élèves doivent être le plus précis possible. S’il est impossible de connaître le lieu exact, il est toujours possible de se faire une idée générale (près d’un cours d’eau, en montagne, dans le désert, etc.).

  • Quoi?

Les réponses aux questions préliminaires devraient permettre aux élèves de préciser l’action représentée. Que se passe-t-il dans cette scène ? Que représente-t-elle ? Il n’est pas impossible que cette étape requière une recherche supplémentaire dans un dossier documentaire, dans des livres ou sur Internet. La réponse à cette question peut également constituer la réponse à la question d’analyse du document.

Réponse à la question d’analyse

Les réponses des questions préliminaires devraient donner les éléments nécessaires pour répondre à la question d’analyse de l’iconographie.

Prenons cette image et décodons-la en nous posant la question : que nous apprend cette image à propos de la société au Moyen Age?

Source de l'image : Artiste inconnu, enluminure illustrant la traduction française du manuscrit de Gilles de Rome, Le Régime des Princes (vers 1450), Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Français 126, fol. 7. 

Aller plus loin dans la contextualisation du document (critique externe approfondie)

Une fois la compréhension du document effectuée, des questions restent en suspens : à quel point cette image est-elle garante de la vérité historique? Comment s’inscrit-elle dans le contexte historique qui l’a créée? Ces questions requièrent des réponses que l’on obtiendra à la suite d’une analyse qui va au-delà de la scène représentée. Pour y parvenir, il sera nécessaire de recourir à des documents supplémentaires, de mener des recherches dans des livres ou sur Internet.

  • Qui?

Qui est l’auteur? Quelle était sa fonction ou sa classe sociale? Quelles étaient ses allégeances? Qui était le destinataire de cet auteur ? Pourquoi a-t-il créé cette œuvre? Qui était le commanditaire ? Etc.

  • Quand?

Dans quel contexte historique général le document a-t-il été produit? Quand l’œuvre a-t-elle été créée? Après avoir identifié l’auteur, les élèves doivent tenter de déterminer si la scène dépeinte est contemporaine de l’époque de l’auteur. Si c’est le cas, on peut penser que l’œuvre a plus de chances d’être à l’image du passé.

Quelle est la date des faits auxquels le document fait référence? Si la scène se déroule à une époque antérieure à celle de l’auteur, la date de création peut donner un aperçu de la vision qu’avaient les gens d’une époque sur le passé, ce qui n’est pas moins intéressant. Par exemple, ce serait le cas de cet artiste qui représente une scène de l’Antiquité :

Source de l’image : Philipp Foltz, Oraison funèbre de Périclès (1877),Wikimedia Commons. Licence : image du domaine public.

  • Où?

Où l’œuvre a-t-elle été créée? Les informations relatives au lieu de création d’une œuvre et au lieu d’origine de son auteur enrichiront l’interprétation. L’intérêt de ces questions réside dans la possible subjectivité de l’auteur. Une affiche canadienne qui représente des soldats canadiens aura toutes les chances de montrer de braves garçons qui ne montrent aucune peur au combat.

Source : Albert Chartier, C’est là-bas qu’on les arrête! (entre 1939 et 1945), Bibliothèque et Archives Canada, C-087132, MIKAN 2846787. Licence : image du domaine public.

  • Quoi?

De quel type d’œuvre s’agit-il? À quel genre artistique appartient-il? Sur quel support est-il présenté?

Voici un exemple d'analyse plus approfondie.

 

Ressources

Il est possible d’effectuer l’analyse iconographique à l’aide des technologies. Nous proposons quelques applications qui permettent d’annoter ou de réaliser des images interactives.

Annoter simplement une image

Logiciel de TNI (Notebook ou ActivInspire) : pour projeter une image et l’annoter directement sur le TNI. Par exemple :

 

Source : Robert Auchmuty Sproule, La place d’Armes, Montréal (1828), Musée McCord, M385. Licence : Creative Commons (BY-NC-ND).

Skitch : pour annoter des images directement sur des tablettes Ipads et Androids. Application en français simple, facile à maîtriser, mais limitée pour la variété du design.

Skitch pour ordinateur
Skitch pour iPad

Source : Charles William Jefferys, The Fortified Trading Post of the French Regime in Canada, 1909, Bibliothèques et archives du Canada, Licence : image du domaine public. 

Jamboard : pour annoter des images, insérer des formes, dessiner, etc. Application en anglais pour tablette et disponible dans les outils Google en anglais.

Jamboard pour ordinateur
Jamboard pour Android
Jamboard pour iPad

Source : Hubert Rogers, Attaque sur tous les fronts, 1943, Musée de la guerre, Licence : image du domaine public.

Réaliser une image interactive

Pictogon : pour ajouter des formes transparentes et y ajouter du texte. Site web simple en anglais pour tablette ou ordinateur : https://pictogon.com 

 Source : Conrad Poirier, Commercial Clothing Factory, Montréal (1941), BAnQ, Licence : image du domaine public. 

Genial.ly : pour réaliser une grande variété de réalisations interactives. Site web en anglais sur ordinateur et tablette : https://www.genial.ly/fr 

 

Tutoriel de création d'une image interactive dans Genial.ly

Thinglink : pour épingler des notes et des photos à divers endroits sur une image de départ. Application en anglais pour tablette ou ordinateur :

Thinglink pour ordinateur
Thinglink pour Android
Thinglink pour iPad

Source : Draner, « Découpage de l’Afrique à la conférence de Berlin », Journal L'Illustration (1885), Wikimedia Commons. Licence : image du domaine public.

Tutoriel de création d'une image interactive dans Thinglink

Voici une grille pour analyser cette dernière caricature

Pour avoir accès à la version modifiable de la grille d'analyse, cliquez ici.

À la recherche d’images exploitables en contexte éducatif?

Voici où trouver des images historiques :

Vous êtes enseignant(e)? Accédez à l'ensemble des ressources